La chapelle Notre-Dame des Anges de Nice fut fondée en 1696 par Charles Isoardo (également nommé Carlo Ioardo en 1748), huissier du Sénat de Nice.

« En 1696. Charles Isoardo érige une chapelle sous le titre de N-D. des Anges au Col de Villefranche au couchant.

Legs de 142 écus d’or dus par le Comte de Coarraze plus 25 écus dus par le Comte d’Aspremont.

Obligation d’y célébrer la messe aux jours des fêtes de : S. Charles, S. Antoine, les SS. Anges Gardiens, Ste Catherine de Sienne, de Ste Rose de Lima et une à l’année à l’anniversaire de son décès. Le S. Sacrement sera exposé les 3 dimanches de Carême avec célébration et application de la messe.

En 1784, le titulaire est Laurent Ferraris » [1] 

Un acte du 25 janvier 1716 fait état de « la restitution d'une maison demandée par l'huissier Carlo Isoardo, fondateur de la chapelle champêtre érigée sous le titre de la Très-Sainte-Vierge-des-Anges, au procureur Giambattista Pauliano (Pauliani) de Nice qui l'avait achetée des époux Rasini »[2]. Un autre acte du 9 octobre 1717 rappelle cette fondation et fait état du « procès en révision d'une sentence du sénat du 7 septembre 1717 demandé par le procureur Giambattista Pauliano à l'encontre de l'huissier Carlo Isoardo, en sa qualité de fondateur de la chapelle de la Vierge des Anges, érigée sur le col de Villefranche et du prêtre Ottavio Sauvaigo, promoteur de la mense épiscopale de Nice, en vertu de laquelle Pauliano était condamné au paiement de loyers d'une maison »[3].

25 janvier 1716 ND Anges

      Par ailleurs, un acte des archives du Sénat interdit le 28 septembre 1748 « de cultiver le terrain entourant la chapelle de la Très-Sainte-Vierge des Anges, située sur le col de Villefranche, exploité par Maria Ludovica Giacobi veuve du gardien de la dite chapelle »[4].

La chapelle faisait certainement partie d'une vaste propriété privée qui resta au moins jusqu'à la moitié du XIXème siècle la propriété de la famille Isoardo, comme en témoigne l'indication d'une "casa del Signore Ioardi" sur un plan du col de Villefranche de 1827 (AD 06, document 01FI 0042Col de Villefranche, 1827) .

Casa del Signore Ioardi

      Elle est figurée sur le plan de Visconti de 1872 et porte le nom de Notre-Dame des Anges sur un plan de 1882. Un autre plan, d’avant la restauration Sarde, mentionne « Mad. Degli Angeli ». Notre-Dame des Anges, Vierge des Anges Très-Sainte-Vierge des Anges, Madone des Anges et Madonette furent les différents noms de cette chapelle.

Carte ND Anges

      Si on se fie à la représentation qu’en a fait Ercole Trachel sur une huile sur panneau représentant Nice vue du col de Villefranche en 1855, c’était une chapelle à nef unique, avec une façade de style baroque et un clocheton. La chapelle n’étant qu’un détail du tableau, il serait difficile de pouvoir en dire plus.

Ercole Trachel, Nice vue du col de Villefranche

      Elle se trouvait sur la route de Villefranche, alors principal chemin d’accès pour rejoindre le col de Villefranche. Cette route s’appelle aujourd’hui avenue du Mont-Alban. Elle fut détruite vers 1970 par la construction d’un ensemble immobilier nommé "Résidence du Mont-Boron" au 33 de l'avenue du Mont-Alban.

 



[1] Document 014J0001, fond Chapuzot Chapelleries et chapelles - Tableau des chapelleries et bénéfices existant dans le diocèse de Nice avant la Révolution ; liste des chapelles rurales ;liste des chapelleries de Nice ; notes sur différentes chapelleries et chapelles ; historiques des chapelles Saint-François et Sainte-Réparate à la cathédrale, des chapelles de Sospel

[2] Document 01B 0339 du 22/02/1712 au 08/08/1716

[3] Document 01B 0340 du 19/02/1717 au 04/02/1719

[4] Document 01B 0359 du 28/09/1748 au 24/10/1750

 

Aude Lazaro